quelques meze que l'on savoure à Istanbul

A Istanbul, creusé des diverses traditions de l’empire ottoman, vous trouverez des restaurants pour tous les goûts. Mais allez donc faire un tour dans une des nombreuses Meyhane, restaurant traditionnel, dans lesquels on vous présentera une variété infini de meze, ces petits plats de « tapas » que l’on mange accompagné du Raki, la boisson nationale.

Intéressé(e) par la cuisine, cliquez ici pour visiter mes ateliers

Interest by cooking, click here to visit my workshop

 

Carottes au yaourt – havuç mezesi

 

 

2 carottes

3 cs de yaourt ferme

2 cs de noix hachées

1 cs de feuilles de fenouil frais

4-5 gousses d’ail hachées

sel-poivre

huile d’olive

Râpez grossièrement vos carottes et faites-les sauter à l’huile pour les attendrir. Laissez refroidir.

Ecrasez les gousses d’ail dans 1 cs d’eau.

Mélangez le yaourt avec les noix, les feuilles de fenouil hachées, assaisonnez à votre goût, ajoutez l’eau aillée et les carottes froides, mélangez. A servir bien frais !

 

Haydari : un yaourt à l’ail

 

Pour 1 ½  verre de yaourt

on prend 3 gousses d’ail (écrasées hachées)

1 cs d’huile d’olive

1 cs de menthe

1 cc de cumin

sel

 

 

On prend tous les ingrédients et on mélange bien le tout. On peut également ajouter un peu d’aneth frais haché. On décore avec un peu de piment rouge en poudre avant de servir très frais.

 

 

Arnavut Cigeri : foie à la mode d’Arnavut

 

 

 

Pour un foie (de mouton) entier,

on prend 1 botte de persil

1 botte de cives (ou oignon de printemps)

3 cs de farine

piment rouge

sel-poivre

huile

Après avoir dénervé le foie, on le coupe en morceaux de la taille d’une noisette. On le farine bien avant de le mettre dans une poêle, à frire dans l’huile chaude. On ne le touche pas jusqu’à ce qu’il soit ferme. Alors, on le remue sans cesse, sans le laisser sécher, jusqu’à ce qu’il soit bien cuit. On le saupoudre de poivre, de piment rouge et de sel, on couvre et on le laisse « reposer » (feu très doux) 5 minutes. Avant de servir, on le parsème d’un hachis de persil et de cives.

 

On peut aussi ajouter de petits morceaux de pommes de terre sautées en fin de cuisson, c’est délicieux.

 

Les « Manti »

 

Pour faire la pâte,

nous avons besoin de :

500 gr de farine

1 oeuf

de l’eau

 

250 gr de yaourt

4-5 gousses d’ail écrasées

 

 

Pour la farce :

300 gr de viande haché –de mouton-

1 oignon émincé

½ botte de persil

1 cc de piment rouge turc

sel-poivre

 

 

un peu de beurre

du piment rouge

On creuse un puits dans la farine, on y jette l’oeuf et suffisamment d’eau pour obtenir une pâte ferme (environ 1 vol d’eau pour 4 de farine). On l’enferme dans un linge et on laisse reposer (30 minutes). On peut également ajouter 2 cs d’huile d’olive (pour les yag manti).

 

On mélange l’ail écrasé dans le yaourt et on laisse imprégner (20 minutes).

 

On fait revenir la viande hachée dans un peu d’huile, avec l’oignon, sel-poivre et un peu de piment. Une fois cuite, on parsème de persil haché. On étale alors la pâte le plus fin possible (2 mm d’épaisseur) et on découpe des carrés de 3 cm de long. On dépose un peu du mélange de viande au milieu et on ferme en mouillant les côtés. On les fait cuire à l’eau bouillante jusqu’à ce qu’ils deviennent mous (environ 6-7 minutes).

 

On fait alors rapidement revenir du piment rouge dans un peu de beurre, on verse le yaourt sur les mantis chauds et pour finir, on verse le beurre pimenté dessus.

 

Certains mantis sont servis avec une sauce tomate. Pour cela, on a besoin d’un oignon émincé que l’on fait revenir dans un peu d’huile, avant d’ajouter 1 cs purée de tomate et un verre de bouillon de viande, sel-poivre et un peu de piment rouge. On laisse réduire gentiment. Hors du feu, on mélange le yaourt. On sert de la même façon, avec le beurre fondu.