les secrets du thé du bazar

 

Le thé / Çay

les bienfaits de la nature

pour tous et pour tous les goûts

 

Quelques mots sur les qualités innombrables de ce breuvage, réalisé à partir du « Camellia Sinensis », arbuste dont on utilise les feuilles, les jeunes pousses ou encore les bourgeons. Et selon leur conditionnement, associé ou non à d’autres herbes, le thé, par ses saveurs et ses couleurs, viendra vous titiller les papilles, en vous procurant tous ses bienfaits.

 

La plupart de la production de thé se fait en Chine (essentiellement du thé vert) ou en Inde (principalement du thé noir), mais il existe aussi des productions en Asie (par exemple dans la province du Fujian, pour le thé blanc) et en Turquie (thé noir).

 

Il existe encore ce que l’on appelle le « mate-thé », originaire d’Amérique du Sud, et le « rooibush-thé », qui provient d’Afrique du Sud. Ce sont en fait des infusions plus que des thés, mais à découvrir tout de même. Et bon à savoir pour tous ceux qui ne supportent pas la théine : le thé rooibush en est exempt !

 

Pour en revenir au thé proprement dit, on distingue 4 types principaux : le vert, le noir, le blanc et l’Oolong.

 

Le thé vert est un thé non fermenté. On cueille les feuilles qui sont immédiatement exposées à une brève chaleur, avant d’être mises à sécher. Riche en tanin et vitamines, il a un pouvoir antioxydant 10 fois plus important que le thé noir. Si son taux de théine est aussi fort que le thé noir, ses effets « secondaires » (troubles du sommeil, nervosité) sont minimisés par le tanin.

 

Le thé noir est lui fermenté. Préférer donc le thé vert pour ses propriétés sur la santé, ou bien le thé Oolong, aux feuilles partiellement fermentées.

 

Le thé blanc, rare et cher, est produit à partir de bourgeons torréfiés. Il est pauvre en théine, riche en vitamines et en polyphénols (3 fois plus que dans les autres thés). Leur action anti-oxydante permet de lutter contre la formation en excès de radicaux libres dans l'organisme.

 

 

Pour ceux qui hésitent encore, sachez que le thé, grâce à la théine, stimule les centres nerveux, tout comme le café, mais sans ses mauvais effets (tremblement). Le tanin présent ralentit l’absorption de la théine par l’organisme, qui agit ainsi de façon moins brutale.

 

Le thé est aussi riche en vitamines (C et groupe B) dont les actions bénéfiques sont indispensables à notre organisme. Associés de surcroit aux antioxydants dont nous avons déjà parlé, une consommation de thé quotidienne diminuera les risques de certains cancers, renforcera votre système immunitaire et en plus, agira sur votre système digestif.

 

Bon à savoir : pour un thé déthéiné, il suffit de jeter la première eau de votre thé pour réduire l’apport de théine, celle-ci se libérant en premier lors de l’infusion. Arrosez votre thé avec la valeur d’un verre d’eau chaude, jetez donc cette eau après une minute d’infusion, voire deux selon les thés. Laissez alors infuser votre thé normalement et vous pourrez le boire, sans risquer de passer une nuit blanche.


Pour consommer votre thé en vous assurer de ses propriétés, utiliser une eau de source naturelle, neutre et pure, sans calcaire. L’eau doit frémir, jamais bouillir, aux environs de 95°C pour le vert, 70°C pour les autres. Le temps d’infusion varie également en fonction du thé, mais il est bon de savoir que plus le thé infusera, plus riche il sera en propriétés bienfaitrices pour votre corps.

 

Et pourquoi ne pas aromatiser votre thé vous-même, plutôt que de l’acheter tout prêt?

Rien de plus facile, il faut juste quelques morceaux de fruits séchés, de zestes d’agrumes secs, de fleurs séchées, de l’huile essentielle... ou encore des épices !

 

 

Parmi les thés que vous trouverez en Turquie, il y a tout d’abord le thé noir. Celui que vous boirez partout est en fait un mélange de deux qualités de thé noir de la mer noire : les feuilles du thé noir classique (2/3) et les feuilles du thé noir « filiz » et/ou « kamelya » (1/3). C’est ce qui lui confère cette saveur particulière. Et pour plus de finesse, on passe le mélange dans un tamis pour enlever la « poussière » de thé et ne garder que les feuilles.

 

 

çay: le thé à mode turque

 

le çay du bazar : (mélange des deux thés comme expliqué ci-dessus)

 

Pour le préparer, on a besoin d’une double théière. Dans la partie du haut, on verse les feuilles de thé. On met l’eau dans la partie du bas, on porte à ébullition. On verse l’eau bouillante sur les feuilles, dans la partie du haut, on rajoute de l’eau froide dans la partie du bas et on reporte à ébullition. C’est prêt. Dans les verres, on verse le thé « concentré » contenu dans la partie du haut et on rallonge avec de l’eau, selon son gout, plus ou moins fort.

 

On trouve ensuite, selon les lieux et les saisons, le thé à la sauge (adaçayI), le thé à la pomme (elma çay), le thé au tilleul (Ihlamur cayI). Le thé vert se fait rare, mais vous sera proposé par les ouzbeks ou les afghans qui vivent ici. Ils ne manqueront pas de vous vanter ses bienfaits !

 

Pour le thé à la sauge, il suffit de faire bouillir de l’eau et d’y plonger ensuite des feuilles entières de sauge pour les laisser infuser quelques minutes. Allongez avec un peu d’eau chaude si le goût est trop fort. On fait la même chose avec le tilleul.

 

Pour le thé à la pomme, vous le préparerez avec du thé noir et des morceaux de pommes séchés. Mais autant vous le dire, celui que vous buvez partout dans le bazar est un thé à la pomme tout prêt, sous forme de poudre, que l’on dilue tout simplement dans de l’eau chaude. Petit conseil : ne rajoutez pas de sucre, il est déjà sucré !

 

Il y a enfin celui que je préfère, le thé à la bergamote. La bergamote est produite en Turquie dans la région d’Antalya. C’est essentiellement un thé préparé à partir d’un thé noir de haute qualité et d’huile essentielle de bergamote, qui provient de l’écorce du bergamotier, un agrume. Pour plus de saveur, faites vous-même le mélange, au dernier moment, en ajoutant 2-3 gouttes d’huile essentielle dans les feuilles de thé. Vous pouvez aussi l’associer à quelques morceaux d’écorces de citron vert ou d’orange amère et des fleurs de bleuet séchées.

Intéressé(e) par la cuisine, cliquez ici pour visiter mes ateliers

Interest by cooking, click here to visit my workshop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :