Balade au coeur de Constantinople

Publié le par Dvd

elles-sont-belles--.jpgSi vous voulez connaître autre chose que les classiques monuments stambouliotes, sortez des sentiers battus, armez-vous de bonnes chaussures de marche et n'hésitez pas à vous "perdre" dans les rues et ruelles des quartiers Ferner, Balat, Ayvansaray.


Fener, ancien quartier grec, dominé par l'imposant bâtiment du Patriarcat (Türk Ortodoks Patrikhanesi) - vous ne pouvez pas le rater, il s'élève au sommet de la coline, tout du rouge de ses briques vêtu - vous donnera une vision authentique de la vie de quartier des stambouliotes. Dépaysement assuré !

on-joue-dans-la-rue.jpgLoin de l'agitation des quartiers modernes "à l'européenne" (si vous logez vers Taksim, vous comprendrez aisément ce que je veux dire), le linge pend entre les maisons de pierre, dont les plus belles dates du XVIIIième siècle, les enfants jouent au milieu des rues et les voitures sont rares. Vous aurez l'impression de vous retrouver dans un village perdu au sein de la grande métropole.

C'est dans les années 60, après la déportation massique des grecs orthodoxes, que les paysans anatoliens sont venus s'installer à Fener. Ce nom vient vraissemblablement du fait qu'à une certaine époque reculée, du temps où les byzantins nommaient encore le quartier Fanarion, une lanterne (fener en Turc) était allumé dans la tour de la porte du quartier pour permettre aux bateaux de circuler dans la Corne d'Or de nuit.

Il y a beaucoup de lieux de culte orthodoxe à Fener, que vous aurez peut-être la chance de visiter (si les portes sont ouvertes). Ils abritent le plus souvent une source sacrée, dont l'histoire vous sera contée en Turc ou en Grec. Buvez-en un peu, remplissez l'une des nombreuses petites bouteilles à disposition, prenez le temps d'admirer les icônes, laissez une donation, remerciez et vous pouvez reprendre votre chemin.


Balat, Ayvansaray, qui jouxtent Fener, vous amèneront vers les anciennes murailles de la ville. La vie au milieu des maisons en bois, des jardins, (et de quelques horribles immeubles construits à une époque très récente) vous donneront une idée de ce que pouvait être la vie du temps des ottomans.


Balat, de tradition juive, accueillit en effet les juifs expulsés de l'Espagne des Inquisiteurs, alors que le quartier d'Ayvansaray présente une population plutôt gitane. Les juifs ne sont pas restés (mais le quartier abrite encore 6 synagogues*) et la population actuelle est en grande partie faite d'anatoliens qui logent là en attendant de trouver mieux. On vit en grande partie dans la rue, on lave son tapis sale en famille (mais au milieu de la chaussée), les enfants jouent à la marelle, les camelots ambulants déambulent à grand cri pour vanter leurs marchandises.

- "Patates ! Domates ! Taze taze !" (patates, tomates, bien frais)


Vous y êtes déjà. Profitez également des marchés qui envahissent les rues, resplendissants des couleurs des légumes frais, des oeufs blancs et de toute sorte de fourniture pour la maison. On vous regardera intrigué, on murmurera, mais à grand renfort de sourire, on vous proposera les meilleures olives (zeytin) du monde, les délicieuses pistaches (fistik) d'Antep ou de Siirt, les plus beaux fruits (meyve) de saison. Vous pouvez goûter avant d'acheter, personne ne s'en offusquera. Profitez-en également pour remplir votre panier d'épices, tout aussi parfumées que celles du bazar égyptien et bien moins chères.


conseil de cuisinier amateur : préférez les épices en grains, à moudre au moment, leur parfum n'en sera que plus savoureux...


Si vous avez une petite faim, oubliez vos appréhensions européennes et rentrez donc dans l'un des petits restaurants que vous rencontrerez sur votre chemin. C'est bon, voire excellent, pas cher et vous honorerez le lieu de votre présence.


A l'aller ou au retour, si vous en avez encore le courage (c'est vrai que ça monte rude !), revenez vers la ville le long de la Corne d'Or. Un vaste programme de réhabilitation lancé dans les années 80 a débarrassé les eaux usées pestilentielles des déchets industriels. On respire, on profite des espaces verts le long des eaux et si vous êtes trop fatigué, offrez-vous le bateau qui zigzague sur la Corne, d'une rive à l'autre. Il vous amènera à Eminönü, prés du pont de Galata, (sous lequel vous pourez profiter du coucher de soleil sur les colines) ou vous remonterez vers le quartier d'Eyup.


Au sommet de la colline, vous aurez l'une des plus belles vues sur le Corne d'Or et ses deux rives, tout en savourant un çay ou un café turc dans le célèbre café Pierre Loti. Afiyet seker olsun !

* pour visiter ces synagogues, faites une demande au Grand Rabbinat de Turquie, situé à Tünel, Yemenici Sokak No 23.

 

Intéressé(e) par la cuisine, cliquez ici pour visiter mes ateliers

Interest by cooking, click here to visit my workshop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Valérie de familyblog 08/11/2010 14:33


très interessant ton blog
bon lundi
val


Dvd 09/11/2010 14:58



merci. je suis allé jeter un oeil sur ton blog, ca donne envie d essayer bcp de choses...


bon lundi a toi aussi



Malène 25/09/2010 10:14


Merci pour cette belle ballade dans ces quartiers. C'est noté, et j'espère que j'aurai l'occasion d'y venir.


Nat 25/09/2010 06:06


Ce sont deux quartiers parmi mes préférés et je ne manque pas de les faire découvrir aux amis et connaissances qui viennent me rendre visite.